Catégorie : Julius Bär

Corruption en Angola: deux financiers genevois inculpés par la justice espagnole

Corruption – 23 mai 2019

En Espagne, l'enquête conduite par José de la Mata au sujet du scandale de corruption Defex vient de passer la vitesse supérieure. Dans un acte d'accusation déposé le 20 mai 2019, le procureur madrilène a renvoyé 24 individus et trois sociétés en jugement dans le volet angolais de l'affaire. Parmi eux figurent deux intermédiaires genevois.

Douze mois avec sursis pour avoir permis une fraude à 828 millions d'euros

Fraude – 15 mars 2019

Un ancien banquier de Julius Baer a été condamné pour son rôle dans une fraude estimée à près d'un milliard d'euros commise contre une banque lituanienne, AB Bankas Snoras, en 2011. Le Tribunal fédéral (TF) vient de confirmer sa peine: 12 mois avec sursis.

Affaire Erwin Müller: la banque Sarasin trahie par son propre directeur juridique

Fraude – 28 février 2019

Deux anciens employés de la banque et un avocat allemand comparaîtront fin mars devant le Tribunal de district de Zurich. Parmi eux, l'ancien "Head Legal & Compliance" de Sarasin - aujourd'hui devenue J. Safra Sarasin -, est accusé d'avoir transmis à l'avocat des documents internes confidentiels sur l'homme d'affaire Erwin Müller, alors en litige avec la banque.

Crise au Venezuela: la menace américaine s'accentue sur les banques suisses

Analyse – Corruption – 31 janvier 2019

La lutte pour le pouvoir à Caracas annonce une période à haut risque pour les banques suisses qui ont aidé à dissimuler les milliards de dollars de fonds publics détournés par le régime du président Nicolas Maduro.

La justice brésilienne s'attaque au linge sale du négoce suisse

Corruption – 13 décembre 2018

Le 5 décembre 2018, le Ministère public fédéral brésilien (MPF) a annoncé le lancement de la 57ème phase de l'enquête Lava Jato, alias Operação Sem Limites (opération "Sans Limites"). Une dizaine de sociétés de négoce sont soupçonnées d'avoir mis en place des schémas corruptifs de grande ampleur afin d'obtenir de l'asphalte, du gazole et du fioul à prix réduit de la part de la société semi-étatique Petrobras.

Un par un, la justice américaine expose les blanchisseurs suisses de PDVSA

Fraude – 8 novembre 2018

Après l'ancien cadre de Julius Bär Matthias Krull, la société suisse Aquila Swissinvest et la Banca Zarattini & Co de Lugano apparaissent dans l'opération américaine "Money Flight" sur les détournements au sein de la société vénézuélienne PDVSA.

A Zollikon, un ex-banquier de Julius Bär tente de semer la justice britannique

Fraude – 18 octobre 2018

La Haute Cour de Londres maintient le gel mondial des avoirs de Yoshiki Ohmura, un ancien cadre de Julius Bär condamné en 2018 pour avoir détourné une partie des actifs du fonds souverain libyen. Parmi les biens visés figurent une villa de luxe à Zollikon et neuf voitures de course.

Un million et demi volé en deux simples emails? Julius Baer n'y peut rien

Fraude – 30 août 2018

Pourquoi s'ennuyer avec un accès e-banking, des codes à rallonges et des formulaires interminables, alors qu'un email peut suffire? Deux sociétés diamantaires russes établies à Genève passaient leurs ordres de virements à hauteur de dizaines de millions de francs le plus souvent par de simples courriers électroniques envoyés à la banque. Puis, ce qui devait arriver arriva.

Les suites de l'opération Câmbio Desligo impliquent 19 banques suisses

Corruption – 14 juin 2018

Le 6 juin 2018, le Ministère public fédéral brésilien (MPF) a dévoilé la suite de ses investigations liées à l'opération “Câmbio, Desligo“ (lire l'article précédent). Le nombre de personnes inculpées passe de 46 à 62. Et le nombre de banques suisses citées dans le document de 816 pages du MPF est effarant. Voici la liste des établissements bancaires impliqués:

Affaire Petrobras: de nouveaux comptes en Suisse dévoilés

Corruption – 31 mai 2018

Le 13 mai 2018, le juge brésilien Sérgio Moro a clôturé, dans le cadre de l'enquête Lava Jato, l'opération Abismo, en condamnant 13 entrepreneurs du BTP et hommes politiques accusés d'avoir distribué ou reçu des pots-de-vin en lien avec la construction du centre de recherche CENPES de Petrobras à Rio de Janeiro.

Ricardo Backheuser Pernambuco, ancien directeur de l'entreprise Carioca Christiani-Nielsen Engenharia, a notamment été condamné à 9 ans et 6 mois de prison ferme: il faisait transiter ses pots-de-vins par la Suisse.

Les informations du MPC déclenchent la 51ème phase de l'opération Lava Jato

Corruption – 17 mai 2018

Le 7 novembre 2017, le procureur fédéral Luc Leimgruber a demandé à Brasilia de reprendre les poursuites pénales initiées en Suisse contre six ressortissants brésiliens.

Jugé à Genève, l'ex-employé corrompu de Julius Baer risque quatre ans ferme

Fraude – 26 avril 2018

Un ex-employé de la banque Julius Baer est accusé d'avoir produit des fausses attestations qui ont permis à l'homme d'affaires russe Vladimir Antonov de détourner 828 millions d'euros de la banque lituanienne AB Bankas Snoras en 2011. Le prévenu de 51 ans, employé de banque, risque 4 ans de prison et 328 millions d'euros de dommages civils. Son procès a débuté le 25 avril 2018.

9 ans de prison pour un cadre de Petrobras qui blanchissait en Suisse 

Corruption – 15 mars 2018

Le 5 février 2018, le juge brésilien Sergio Moro a condamné Edison Krummenauer, un ancien cadre dirigeant de Petrobras, à 9 ans et 4 mois de prison pour corruption et blanchiment dans le cadre de l’enquête Lava Jato.

La banque J. Safra Sarasin est accusée de blanchiment devant la justice française

Litige – 30 novembre 2017

L'établissement genevois est mis en examen pour "blanchiment en bande organisée et association de malfaiteurs". C'est un arrêt de la Cour de cassation daté du 8 novembre 2017 qui le mentionne. La banque est prise à partie par l'oligarque russe Vitaly Malkin, qui mène une croisade judiciaire depuis 2010 pour retrouver des millions qui lui auraient été volés.

Scandale FIFA: Julius Baer a dénoncé son employé Jorge Luis Arzuaga

Corruption – 22 juin 2017

La banque Julius Baer est à l'origine de l'enquête pénale lancée en 2015 contre son employé Jorge Luis Arzuaga. L'information ressort d'une ordonnance pénale du Ministère public de la Confédération qui condamne le banquier argentin pour faux dans les titres et violation de la loi sur le blanchiment d'argent.