Mafia: le MPC intervient dans deux enquêtes italiennes

18 novembre 2021

En 2020, l'enquête "Càptagon" a conduit à la saisie de 14 tonnes d'amphétamines dans le port de Salerne. La cargaison était transportée par un Italien de 45 ans vivant au Tessin, qui a été arrêté en août dernier en Italie.

La cargaison, qui avait quitté la Syrie pour la Libye, a été formellement enregistrée au nom de GPS SA, Global Aviation Supplier, une société basée dans auprès d’un fiduciaire à Lugano. Le maxi-séquestre d'amphétamines - le plus important de l'histoire - n'a pas mis fin aux activités de l'Italien.

Cette semaine, un nouveau raid a été lancé en Italie, qui a conduit à l'arrestation de trois de ses associés, dont l'un vit au Tessin. L'enquête a également bénéficié de la coopération du Ministère public de la Confédération (MPC).

Contacté, le parquet fédéral confirme qu’il a "exécuté différentes demandes d’entraide des autorité italiennes, avec lesquelles le MPC a coopéré étroitement". Dans ce cadre, l'autorité "a effectué, ensemble avec la police fédérale (fedpol) des perquisitions en Suisse ce weekend".

Une autre opération contre le crime organisé entre la Suisse et l'Italie a été annoncée hier. Le clan Piromalli-Molè de Gioia Tauro, en Calabre, a été décapité par 104 arrestations effectuées par la police italienne dans trois enquêtes différentes, entre Reggio Calabria, Florence et Milan.

L'opération a également conduit à l'arrestation de six personnes vivant en Suisse. Dans un communiqué, le MPC confirme qu'il a ouvert une procédure pénale pour soupçon de soutien ou de participation à une organisation criminelle: "Au cours de ces enquêtes, la procédure pénale menée par le MPC a été étendue à plusieurs personnes ainsi qu'à l’incrimination d'infraction à la loi sur les stupéfiants. Les enquêtes ont renforcé le soupçon que les activités criminelles des personnes prévenues, tant en Suisse qu'en Italie, correspondent au schéma d'un clan de la 'Ndrangheta".

Les articles sont réservés aux abonnés

Vous êtes abonné?